Yorn Theary (24 ans) travaille depuis quatre ans dans l’usine Din Han qui produit notamment des vêtements pour Adidas.  En juin, elle a accouché de son deuxième enfant. Mais il est né en mauvaise santé et est décédé un mois plus tard. « La veille de sa naissance, je travaillais encore à l’usine. Comme il fait très sale et qu’il y a un mauvais climat, j’avais beaucoup de problèmes d’estomac à l’époque. Le médecin m’a dit que c’est ça qui a coûté la vie à mon enfant. »

Phouk Chroch a 27 ans et s’exprime avec précaution lorsqu’il parle de son travail dans l’usine qui produit des vêtements de sport pour Puma et Adidas. Mais derrière cette réserve se cache une frustration profonde. Cela fait 10 ans que Chroch travaille dans l’industrie de l’habillement et il n’a toujours pas de contrat à durée indéterminée : « j’ai travaillé dans plusieurs usines, et à chaque fois on me donne un contrat de trois mois. »

En tant que secrétaire général du plus grand syndicat indépendant cambodgien, C.CAWDU (Coalition of Cambodian Apparel Workers Democratic Union), un partenaire de Solidarité Mondiale et de la CSC, Kong Athit œuvre pour défendre les droits des travailleurs de l’habillement. C.CAWDU est notamment impliqué dans les négociations sur le salaire minimum et entre régulièrement en dialogue avec les marques de sport.